Le temps des infox Banalisation du mensonge dans l’espace publique

Résumé de la conférence de Michel BOTTARO le 13 novembre 2019

Fake news illustration. Paris, July 2019. Illustration fake news. Paris, juillet 2019.

I – Etat des lieux

I-1 Définition

  • « La parole a été donnée à l’homme pour cacher sa pensée » (Stendhal)
  • Le mensonge : un travestissement délibéré de la pensée de celui qui parle.
  • Utilité sociale ≠ Justification morale
  • Il n’a jamais fait de doute pour personne que la vérité et la politique sont en assez mauvais terme, et nul, autant que je sache, n’a jamais compté la bonne foi au nombre des vertus politiques. Les mensonges ont toujours été considérés comme des outils nécessaires et légitimes, non seulement du métier de politicien ou de démagogue, mais aussi de celui de l’homme d’Etat. (H. Arendt)

I-3 Fake news,faits alternatifs, deepfakes

  • Fake news :
  • la « fake news de propagande »
  • la « fake news de complot »
  • la « fake news commerciale » (ou de scandale)
  • L’ère de la post-vérité ?

Double sens :

– Orientation des débats vers l’émotion en ignorant délibérément  les faits

– lndifférence croissante aussi bien des acteurs de la vie publique que de l’opinion elle-même à la distinction entre mensonge et vérité

II- Les causes

II-1 Rappel historique

  • Rhétorique et philosophie
  • Machiavel :

…il est bon de déguiser adroitement ce caractère [ la ruse], d’être parfait simulateur et dissimulateur. Et les hommes ont tant de crédulité, ils se plient si servilement aux nécessités du moment que le trompeur trouvera toujours quelqu’un qui se laisse tromper (Le Prince chap. 13)

  • John Arbuthnot (1733). L’art du mensonge politique :
  • Soustraire les mensonges à toute vérification possible
  • Ne pas outrepasser les bornes du vraisemblable
  • Faire varier les illusions à l’infini
  • Instituer une véritable ‘sociétés des menteurs’ pour rationaliser la production de mensonges politiques.

II-2 La révolution numérique

Ignacio Ramonet : La Tyrannie de la communication (1999). Un ouvrage prémonitoire !

L’ère de l’information globale : dans le monde de la « World culture », où l’information devient un nouvel opium du peuple, le quatrième pouvoir risque fort d’asphyxier l’esprit démocratique et d’empêcher l’exercice de la citoyenneté

II-4 Le recul du rationalisme et le triomphe du relativisme.

  • Le désarroi de la raison contemporaine et la nouvelle misologie
  • Le relativisme intégral : « le relativisme moral et intellectuel est la plus grave menace planant sur notre société » (Karl popper)
  • La dérégulation du marché de l’information que constitue Internet a largement fertilisé les terres des théories conspirationnistes. Les tenants de ces thèses existaient bien avant le Web, mais leur discours était confiné dans des espaces de radicalité. La dérégulation du marché de l’information leur a permis d’essaimer. En outre, Internet est très sensible à ceux qui sont les plus motivés pour faire valoir leur point de vue. C’est une démocratie où certains votent mille fois, tandis que d’autres ne votent jamais. Mais il ne faut pas confondre la visibilité et la représentativité. (Gérald Bronner)

III Que faire ?

III-1 Espace public et démocratie

  • L’espace public : « un espace symbolique où s’opposent et se répondent les discours, la plupart contradictoires, tenus par les différents acteurs politiques, sociaux, religieux, culturels, intellectuels, composant une société ». (D. Wolton)
  • La confusion entre transparence et visibilité

III-3 Des mesures efficaces ?

  • Le projet de loi contre les fake news : Protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles ?

   Un marathon parlementaire !

  • « Nous avons besoin en période électorale d’une réponse rapide permettant d’endiguer la diffusion d’une information manifestement fausse lorsqu’elle s’inscrit dans une campagne de manipulation délibérée et orchestrée« . Françoise Nyssen.

Trois volets importants dans la loi

Trois mois avant la tenue d’un scrutin national :

1-Possibilité de saisir le juge des référés qui doit répondre sous 48 heures

2- Obligation de transparence pour les plateformes nulmériques

3- Renforcement du rôle du CSA concernant le contrôle des médias étrangers

Les infox

  • Création d’un conseil de déontologie de la presse
  • Changement de vocabulaire : des fake news aux infox

Les critiques

  • Quelle légitimité ?
  • La loi sur la liberté de la presse ne suffit-elle pas?
  • Des décisions judiciaires dans l’urgence ?
  • Un texte « contre-productif » ?
  • Un texte liberticide pour la liberté d’expression ?

Conclusion : L’enjeu de l’éducation

  • L’urgence du retour des Lumières :

 » Sapere aude » ou la sortie de la minorité.

  • L’éveil précoce de l’esprit critique et le rôle de l’éducation
  • Le retour de la rhétorique ?

 « L’information est un bien commun dont nous sommes tous responsables. (Rudy Reichstadt)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.