18e rencontre du film des Résistances

18e rencontre du film des Résistances

Cette année encore, les rencontres du film des résistances constitueront une manifestation culturelle importante de la Fédération des Œuvres Laïques de Haute-Savoie. Pour cette 18ème édition, plus de trente films sont programmés, dont une dizaine présentés en avant-premières.

Ils s’inscrivent avec conviction dans une démarche d’éducation populaire, non prosélyte : lutte contre

les exclusions et les obscurantismes, éducation à la citoyenneté, éducation à la paix et au devoir de mémoire à l’égard des valeurs de la Résistance, ou plutôt des résistances individuelles ou collectives dans tous les lieux et à toutes les époques.

Ces rencontres proposent de partager un regard sur notre monde. Un monde où violences, guerres et barbaries sacrifient des sociétés, où les démunis sont oubliés, où les femmes sont toujours et encore discriminées, où l’environnement naturel est promis à ne plus remplir son rôle de maison accueillante des générations futures, où les principes de laïcité, les valeurs démocratiques, l’humanisme sont mis à mal.

Fréquenter le cinéma pour se construire des références est un de nos objectifs, notamment en direction de la jeunesse et dans le lien imaginé avec l’École. Cette année encore, de nombreux établissements scolaires saisiront l’opportunité de quelques films particulièrement porteurs et d’une grande diversité pour permettre à leurs élèves de mieux comprendre le monde.

Pour accompagner les séances, des réalisateurs, des professionnels du cinéma, des associations partenaires, animeront débats et échanges.

Parler des Résistances, c’est s’ouvrir à différentes époques, à différentes cultures. C’est s’autoriser une remise en question de nos modes de pensées, de nos certitudes.

PATRICK KOLB

PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DES OEUVRES LAÏQUES DE LA HAUTE-SAVOIE ET DU CDPC/ÉCRAN MOBILE 74

Le déchainement du Monde

Le déchaînement du monde,

logique nouvelle de la violence

François Cusset

Editions La Découverte, 2018, 20 €
François Cusset est historien des idées, professeur à l’université de Paris-Ouest Nanterre, et l’auteur de nombreux ouvrages remarqués dont à La Découverte, French Theory (2003) et La Décennie (2006).

Un compte rendu de lecture de Sylvie Le Manchec

La violence : chacun en parle, chacun la voit, chacun la perçoit, voire l’analyse ou croit l’analyser en croyant savoir la définir.

Continuer la lecture de Le déchainement du Monde

Laïcité à l’école : les enseignants en première ligne

Laïcité en danger

59 % des 650 enseignants sondés par l’IFOP estiment la laïcité en danger. Parmi les situations problématiques rapportées, l’enseignement moral et civique, la mixité filles-garçons ou encore le temps de recueillement sont en première ligne.

LE MONDE | 12.06.2018 à 06h38 • Mis à jour le 12.06.2018 à 11h40 |

Par Mattea Battaglia

Continuer la lecture de Laïcité à l’école : les enseignants en première ligne

L’école publique et le fait religieux

Notre prochain rendez-vous

le mercredi 5 décembre 2018 à 19h

salle Pierre LAMY

12 rue de la République Annecy

 

Clément BENELBAZ
Maître de conférences en droit public, auteur d’une thèse de doctorat sur Le principe de laïcité en droit public. Après des études à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV, désormais en poste à la faculté de droit de l’Université Savoie Mont blanc, il a écrit divers travaux scientifiques sur la laïcité. Il est intervenu en décembre 2017, au Cercle CONDORCET Annecy, pour nous présenter la loi de séparation des églises et de l’Etat, dans toute sa pertinence et son actualité. Il nous revient cette année pour nous analyser la question du « fait religieux » à l’école publique.

Pourquoi parler des religions dans l’école laïque ?

Enseigner les faits religieux, le fait religieux ou les religions . Pour cela, définir la différence entre religion et fait religieux, entre croyance et savoir
L’enseignement du fait religieux fait toujours débat et suscite la mobilisation d’organisations confessionnelles ou laïques, nombreuses à se prononcer sur le sujet. Pourtant, l’enseignement des faits religieux existe depuis longtemps dans les programmes : en histoire, en lettres, en philosophie, en sciences mais aussi dans l’enseignement moral et civique.

La laïcité serait-elle menacée par le développement d’un enseignement du fait religieux ?

Certains estiment qu’il ne faut pas parler des religions à l’école, d’autres qu’il faut formaliser un enseignement de ce « fait religieux », voire même d’un enseignement des religions.
Mais qui doit l’enseigner, dans quelles classes, à quel moment, avec quelle pratique pédagogique ?

Et  surtout pourquoi cet enseignement si particulier, qui semble contraire à la loi de séparation des églises et de l’Etat,  est-t-il nécessaire dans la formation de nos jeunes, pour le « vivre et agir ensemble », dans notre République laïque ?

 

Venez découvrir, analyser, comprendre pour en débattre avec nous.

 

 

Nous ne désirons pas que les hommes pensent comme nous mais qu’ils apprennent à penser d’après eux-mêmes.