Tous les articles par JCB

SOUTENIR Librinfo 74

Librinfo 74  lance une campagne de Financement participatif

Nous avons vraiment besoin de dons pour que librinfo puisse continuer sa route.
Nous avons récolté 1030 € avec peu de donateurs.
Il est important que nous ayons un maximum de donateurs même avec des petites sommes, 10 ou 20 €.

Pour souscrire un don, tu cliques sur le lien : https://www.helloasso.com/associations/aaple-association-d-education-populaire-pour-la-promotion-de-la-liberte-d-expression/collectes/developpement-de-librinfo74

États généraux de la bioéthique. On peut participer.

Six ans après la dernière révision des lois sur la bioéthique, un réexamen complet est en cours, en vue d’adapter la législation à l’évolution de la science, du droit et de la société. Cette fois, un large panel d’intervenants est consulté, organismes et institutions aussi bien que simples citoyens, afin de parvenir au consensus le plus large possible sur des sujets souvent très complexes.

 

La problématique de la bioéthique est présente depuis une vingtaine d’années dans les discussions entre médecins, juristes, hommes politiques, religieux et journalistes qui tentent d’analyser les conséquences sociales, juridiques, morales et culturelles de l’évolution des pratiques médicales sur le corps humain. De manière progressive, mais de plus en plus passionnée, ces débats engagent également les citoyens « ordinaires », les associations et les ONG. En effet, de nouvelles questions surgissent : après le clonage, la recherche sur l’embryon ou sur le génome humain, d’autres sujets de controverses sont apparus sur le risque d’eugénisme, les mères porteuses, l’euthanasie, la transplantation d’organes, les expérimentations médicales…
Les évolutions proposées dans la prochaine loi vont s’appuyer sur les synthèses du vaste débat public organisé notamment dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique, ainsi que sur les avis de différentes institutions telles que le Comité consultatif national d’éthique, le Conseil d’Etat ou l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques. Pour l’essentiel, la nouvelle version de la loi ne devrait pas bouleverser les principes établis par les textes précédents.

La pauvreté dans le monde : les objectifs du millénaire.

Les objectifs du millénaire pour le développement (OMD, Millennium Development Goals en anglais), sont huit objectifs adoptés en 2000 à New York (États-Unis) avec la Déclaration du millénaire de l’Organisation des Nations unies par 193 États membres de l’ONU, et au moins 23 organisations internationales, qui sont convenus de les atteindre pour 2015.

Ces objectifs recouvrent de grands enjeux humanitaires : la réduction de l’extrême pauvreté et de la mortalité infantile, la lutte contre plusieurs épidémies dont le SIDA, l’accès à l’éducation, l’égalité des sexes, et l’application du développement durable.
En 2015 sont publiés les Objectifs de développement durable (ODD), qui prennent la suite de ces objectifs.

MDG-Report_2015_FR

Objectif 1 : réduire l’extrême pauvreté et la faim


Chacun des Objectifs du millénaire pour le développement se décompose en plusieurs cibles. Le premier objectif repose sur trois cibles.

Première cible : réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la part des individus vivant avec moins d’un dollar par jour
La Banque mondiale estime qu’en 2005, 1,4 milliard d’individus vivaient dans une pauvreté extrême. La crise alimentaire, conséquence de la hausse du prix des matières premières (dont agricoles) pousse environ 100 millions de personnes en plus dans une situation d’extrême pauvreté. Si cet objectif semble à portée, c’est principalement en raison de la croissance économique de l’Asie, alors que la zone de l’Afrique sub-saharienne semble stagner1.

Deuxième cible : fournir un emploi décent et productif à tous, femmes et jeunes inclus.
Ces dix dernières années, la productivité dans les pays d’Asie et de la CEI a été multipliée par quatre, contribuant à faire baisser le nombre de travailleurs pauvres. En revanche, l’Afrique sub-saharienne reste en retard sur cet objectif, avec plus de 50 % de travailleurs vivant avec moins d’un dollar par jour [5] [archive].

Troisième cible : réduire de moitié entre 1990 et 2015 la part des individus souffrant de la faim (malnutrition, sous-nutrition).
La hausse des prix des matières premières, mais également les changements dans les régimes alimentaires, l’urbanisation, l’utilisation des parcelles pour la production de biocarburants ou encore le problème des subventions aux agricultures développées, rendent cette cible difficile à atteindre. L’Asie du Sud et l’Afrique sub-saharienne sont les zones les plus touchées par la sous-nutrition infantile.

Continuer la lecture de La pauvreté dans le monde : les objectifs du millénaire.