PORTER LA VOIX DES JOURNALISTES D’ALEP

conférence

Louai Abo Aljoud

 Reem Fadel

JEU. 31 MARS      18h30 | petite salle | entrée libre

réservation conseillée

Sur l’invitation de librinfo74.fr, deux journalistes syriens racontent leur combat pour une information libre.

L’objectif du projet est de témoigner de la situation à Alep et dans sa région où la société civile, qui a pu émerger à partir de 2012 parvient à s’organiser et à faire fonctionner différentes institutions crées dans le vacuum laissé par le retrait du régime.

L’absence de journalistes étrangers en Syrie conjuguée à la puissance des propagandes, notamment par le biais des réseaux sociaux, a largement contribué à opacifier notre vision du drame syrien.
Ce flou qui entoure le conflit syrien a fait également disparaître de notre champ l’existence des civils dont une partie d’entre eux, portée par de grands idéaux a fait le choix de rester sur place dans l’espoir d’un règlement du conflit.

avec Louai Abo Aljoud, directeur de l’Agence de presse Pro-Media et Reem Fadel, journaliste pour la chaîne Orient News.—

Ce projet est porté par le Collectif des Amis d’Alep avec la participation de nombreux partenaires associatifs et institutionnels, sur la période de la commémoration du 5ème anniversaire du début de la révolution syrienne.

Louai Abo Aljoud : directeur de l’Agence de presse Pro-Media

En 2011, alors étudiant en biologie à la faculté de médecine d’Alep, il participe aux premières manifestations où il prend des photos et se fait arrêter. Il passe deux semaines dans les prisons du régime de Damas où il subit la torture.

A l’été 2012, il filme la prise d’Alep par Armée Syrienne Libre. Il suit des stages de formation au journalisme auprès du «London Center for Media Strategies» en Turquie.

Quand Daesh fait son apparition dans la région d’Alep et commence à opprimer tout organe de presse, il est menacé de mort et retenu six mois par le groupe terroriste. Il est libéré à la faveur de négociations menées par la rébellion.

Louai Abo Aljoud a fondé son agence de presse à Gazientep, à la frontière syro- turque, en 2014 et a procuré plusieurs reportages à différentes chaînes de télévision dont Al-Arabiya.

Reem Fadel : journaliste pour la chaîne Orient News

Lorsque la révolution éclate, Reem Fadel, titulaire d’un diplôme de troisième cycle en littérature arabe, poursuit des études d’arts dramatiques tout en enseignant l’arabe à des étudiants étrangers à l’Institut Supérieur de Langues de l’Université d’Alep.

Elle participe aux premières manifestations qui ont lieu à Alep et lorsqu’en 2012 la ville est séparée en deux, son quartier se retrouve dans la zone sous contrôle du régime.

Bravant le danger, elle se rend régulièrement aux manifestations dans la partie libérée de la ville (Alep Est) et fait le choix de publier ses articles sur sa page Facebook sous son vrai nom.

Par ailleurs, elle fait du soutien auprès de femmes en difficulté en les aidant à monter de petits ateliers de couture et à commercialiser leur production. Elle fournit aussi des manuels scolaires à des enfants déscolarisés suite au bombardement ou à la réquisition de leur école.

Toutes ces activités étant considérées comme des entreprises terroristes par le régime, elle est arrêtée et torturée de décembre 2013 à février 2014.

Reem Fadel a beaucoup publié sur la révolution syrienne, les manifestations à Alep et sur la situation des civils.

Elle a finalement décidé de quitter Alep et la Syrie fin 2015 avec ses parents âgés pour les mettre à l’abri des persécutions du régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *