Adhérer – Nous contacter

place repu

POUR NOUS REJOINDRE

Remplissez le coupon ci-dessous avec votre adhésion.

10€ étudiant chômeur     20€ autres

Joindre votre chèque à l’ordre de :

Cercle Condorcet Annecy Pays de Savoie

NOM :

PRENOM :

Adresse :

Téléphone :

m@il :                                 @

À expédier à

Cercle Condorcet Annecy-Pays de Savoie

Fol74     BP 340 3 avenue de La Plaine

74008 Annecy Cedex

Ou par virement à :

CCM de Meythet – 10 route de Frangy –

74960 Meythet

IBAN :     FR7610278024180002064420130

BIC :   CMCIFR2A

Indiquez vos nom et prénom dans le virement

Et envoyez un message à :     (pour votre reçu )

cerclecondorcet@fol74.org

 

Pour nous contacter

mail

Par mail :      cerclecondorcetannecy@fol74.org

facebook

Consultez notre page Facebook :  Cercle Condorcet Annecy

twitter

ou notre compte Twitter :       Ccondorcet

courrier

Par courrier :

Cercle Condorcet Annecy-Pays de Savoie

Fol74     BP 340       3 avenue de La Plaine

74008 Annecy Cedex

 

Nos Statuts

Les Statuts du Cercle Condorcet d’Annecy-Pays de Savoie

Article 1 : Fondation
Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 26 août 1901, dénommée « Cercle Condorcet d’Annecy-Pays de Savoie », également dénommée ci-après « l’Association ».
Elle est affiliée à la L.F.E.E.P. (Ligue Française de l’Enseignement et de l’Education Permanente) par l’intermédiaire de sa section départementale, la Fédération des Œuvres Laïques de Haute Savoie.

Article 2 : But de l’association

Le Cercle Condorcet d’Annecy-Pays de Savoie  a pour but de rassembler, dans le respect d’expériences et d’opinions diverses, tous les républicains qui perçoivent la nécessité de porter un regard libre sur ce monde changeant et d’engager une réflexion commune sur les évolutions probables, souhaitables et possibles.
La diffusion des travaux du cercle s’effectuera par tous les moyens légaux appropriés.

 

Article 3 : Durée de l’association et Siège social

La durée de l’association est illimitée.

Le siège social de l’Association est provisoirement fixé à la fédération des Œuvres Laïques de Haute Savoie, 3 rue de La Plaine 74000 Annecy. cerclecondorcet@fol74.org

Le changement de siège social peut-être décidé par le CA.


Article 4
 : Composition de l’Association

L’Association « Cercle Condorcet d’Annecy-Pays de Savoie » est composée de membres fondateurs, de membres actifs et de membres d’honneur.
Sont considérés comme membres fondateurs les membres actifs composant la première Assemblée Générale (A.G.) de l’Association.
Sont membres actifs ceux qui ont pris l’engagement de verser la cotisation annuelle fixée par l’Assemblée Générale.
Sont membres d’honneur ceux qui, par leurs dons ou leurs actions, soutiennent l’activité du Cercle Condorcet, sans pour autant en être membres actifs.
Toute demande d’admission est adressée au Bureau et soumise à l’approbation du C.A. L’admission sera effective après paiement d’un droit d’entrée équivalent au montant de la cotisation de l’année considérée.
La qualité de membre se perd par démission, décès ou radiation. La radiation est prononcée par le C.A. pour non-paiement de la cotisation ou pour tout motif grave dûment constaté.
Article 5 : Ressources

Les ressources de l’Association comprennent :

– le montant des droits d’entrée

– le montant des cotisations annuelles des membres actifs

– les produits de libéralités des membres d’honneur

– les produits de l’activité de l’Association

– les subventions diverses

 Article 6 : Direction

L’Association est dirigée par un conseil d’administration de 9 membres au moins, élus pour 3 ans par l’A.G. et renouvelable chaque année par tiers (par tirage au sort pour les 2 premières années).
Les membres sont rééligibles. Le C.A. est uniquement composé de personnes majeures, membres actifs de l’Association.

Provisoirement, le premier conseil d’administration est composé de 9 membres fondateurs désignés lors de la première A.G.
Le Conseil d’Administration désigne en son sein, à la majorité simple, 4 membres formant le Bureau renouvelable tous les ans.
Le Bureau est composé d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire et d’un trésorier. En cas de vote la voix du président est prépondérante.

En cas de vacance, le C.A. pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres ; il est procédé à leur remplacement définitif lors de la prochaine A.G. Le mandat des membres ainsi élus prend fin à l’échéance prévue des membres remplacés.

Article 7 : Réunion du C.A.

Le C.A. se réunit au moins une fois tous les six mois, sur convocation du président ou sur demande du quart de ses membres.

Les décisions du C.A. sont prises à la majorité simple des voix. En cas d’égalité, la voix du président est prépondérante.

Sera considéré comme démissionnaire, le membre qui, sans excuse, aura été absent à trois réunions consécutives.

Article 8 : Assemblée générale ordinaire

L’A.G. est composée de tous les membres actifs de l’Association.

L’AG ordinaire est réunie une fois par an, sur convocation du président, au plus tard quinze jours avant la date prévue.

A la convocation sont joints  l’ordre du jour de la réunion ainsi que tous les documents y relatifs.

Figureront obligatoirement à l’ordre du jour :
– Le rapport d’activités de l’année écoulée présenté par le président,

– le bilan de l’année, le projet de budget et le montant de la cotisation annuelle de l’exercice à venir présentés par le trésorier

– les thèmes d’activités pour l’année à venir

– la liste des membres sortants du C.A. et la liste des membres candidats à leur succession, présentée par le secrétaire.

Chaque membre peut demander au Bureau, par écrit, qu’un point précis soit mis à l’ordre du jour, au moins un mois avant la date prévue de l’A.G.

Le remplacement des membres sortants se fait au scrutin secret. Sont élus les candidats  ayant recueilli le plus de suffrages.

L’A.G. ne traite que des sujets prévus à l’ordre du jour.

L’A.G. délibère à la majorité simple des membres présents.

Article 9 : Elections

Sont éligibles et peuvent prendre part aux votes les membres actifs de l’Association, en règle de cotisations et présents à l’A.G.

 Article 10 : Assemblée générale extraordinaire

Le président convoque une assemblée générale extraordinaire, soit à la demande du C.A., soit à la demande de la moitié des membres de l’Association, selon la même procédure que pour une A.G. ordinaire.

 Article 11 : Règlement d’ordre intérieur

Si nécessaire le C.A. établit un règlement d’ordre intérieur, relatif à l’administration interne de l’Association, qu’il soumet à l’approbation de l’A.G.

Article 12 : Dissolution

La dissolution de l’Association peut être prononcée lors d’une A.G. extraordinaire, par les deux tiers au moins des membres actifs présents et en règle de cotisations. En ce cas, l’A.G. extraordinaire nomme plusieurs liquidateurs  et l’actif de l’Association est dévolu, conformément à l’article 9 de la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, à la Fédération des Œuvres Laïques de Haute-Savoie.

Statuts établis à ANNECY  le jeudi 28 mai 2015

Approuvés  par l’assemblée générale constitutive le jeudi 28 mai 2015

Modifiés lors du Conseil d’Administration du lundi 8 juin 2015

 

Qui était le Marquis de CONDORCET ?

 

Marie Jean Antoine Nicolas de CARITAT, marquis de CONDORCET,

(source : Wikipédia)

Né le 17 septembre 1743 à Ribemont et mort le 29 mars 1794 à Bourg-la-Reine, est un philosophe, mathématicien et homme politique français, représentant des Lumières. Il est célèbre pour ses travaux pionniers sur la statistique et les probabilités, son analyse des différents modes de scrutin possibles et le « paradoxe de Condorcet » ainsi que par son action politique, tant avant la Révolution que sous celle-ci. Siégeant parmi les Girondins, il propose ainsi des réformes du système éducatif ainsi que du droit pénal. La Convention nationale ordonne son arrestation en 1793, et emprisonné en 1794, on le trouve mort dans sa cellule deux jours après son incarcération.

Le mathématicien

De 1765 à 1774, il se concentre plus particulièrement sur les sciences. En 1765, il publie son premier travail sur les mathématiques, intitulé Essai sur le calcul intégral, qui reçoit un accueil très favorable. Dès 1767-1769, il écrit ses premiers articles sur l’arithmétique politique et le calcul des probabilités, défrichant ainsi la nouvelle discipline statistique.

Le 25 février 1769, soutenu par d’Alembert, il est élu à l’Académie royale des sciences.
En 1772, il publie de nouveaux travaux sur le calcul intégral, unanimement acclamés. Peu après, il se lie d’amitié avec Turgot, qui allait devenir administrateur sous Louis XV (1772), puis contrôleur général des Finances sous Louis XVI (1774).
En 1786, il épouse Sophie de Grouchy, la sœur du futur maréchal de Grouchy, lui-même déjà beau-frère de Cabanis.

L’inspecteur général de la Monnaie et l’ingénieur
En 1774, Condorcet est appelé au ministère par Turgot. Dès lors, Condorcet déplace son centre d’intérêt des mathématiques vers la philosophie et la politique. La première année, il écrit essentiellement des pamphlets, défendant les idées des amis de Julie de Lespinasse. Les années suivantes, il prend la défense des droits de l’homme et soutient les droits des minorités, dont ceux des femmes, des juifs et des Noirs (il adhère à la Société des amis des Noirs). Il soutient les idées novatrices des États-Unis tout juste indépendants, et propose en France des projets de réformes politiques, administratives et économiques.
Nommé inspecteur général de la Monnaie en 1775 par Turgot, il est chargé d’une expertise sur les canaux (en particulier un projet de canal souterrain en Picardie) avec Charles Bossut et d’Alembert. Avec Turgot, il propose aussi une réforme de la jauge, visant à évaluer le contenu des navires afin d’établir une juste fiscalité. Celle-ci se heurte à l’opposition de la Ferme générale et de la Cour des aides, ainsi que de Lavoisier.
L’académicien
En 1776, Turgot est démis de son poste de contrôleur général. Condorcet choisit alors de démissionner de son poste d’inspecteur général de la Monnaie, mais sa démission est refusée, et il reste en poste jusqu’en 1791. Plus tard, Condorcet écrira la Vie de M. Turgot (1786), où il exposera le bien-fondé des théories économiques de Turgot.
Condorcet continue de se voir attribuer des fonctions prestigieuses : en 1773, il est nommé secrétaire de l’Académie des sciences, et en 1782, secrétaire de l’Académie française. Il s’intéresse alors au « Rapport sur un projet pour la réformation du cadastre de Haute-Guyenne de 1782 », problème scientifique qui soulève deux types d’enjeux : comment effectuer l’opération d’arpentage ? comment estimer à leur juste valeur les terres5?
À partir du printemps 1785, il milite auprès des politiques afin que l’arithmétique politique soit enseignée comme science à part entière, et lui donne un rôle central en ce qui concerne l’instruction publique ; celle-ci sera l’ancêtre de la statistique moderne.

Le député girondin
Après la prise de la Bastille, il est élu au conseil municipal de Paris.
Il prend en outre une part active à la cause des femmes, en se prononçant pour le droit de vote des femmes, et en publiant en 1790 De l’admission des femmes au droit de cité.
En 1791, il est élu député de Paris au sein de l’Assemblée législative, dont il devient secrétaire.
En cette fonction, il prône l’institution de la République.
Il est l’un des inspirateurs de l’établissement du système métrique:
Aux côtés de Borda, Laplace, Lagrange et Monge, il fait ainsi partie de la Commission nommée par l’Assemblée et qui doit déterminer quelle mesure utiliser.
Le 26 mars 1791, l’Assemblée décrétait le « mètre » comme unité nationale et étalon du système unifié de poids et mesures devant remplacer la multitude des unités utilisées en France. La longueur du mètre était établie comme égale à la dix millionième partie du quart du méridien terrestre.

En avril 1792, Condorcet présente un projet de réforme du système éducatif visant à créer un système hiérarchique, placé sous l’autorité d’hommes de savoir, Le projet est jugé contraire aux vertus républicaines et à l’égalité, livrant l’éducation de la Nation à une aristocratie de savants.

En 1792, il est réélu député de l’Aisne à la Convention nationale.
Condorcet se trouve bientôt en mauvaise posture.
Girondin et opposé à la peine de mort, Condorcet vote contre l’exécution de Louis XVI, prônant la condamnation aux galères à vie, idée qu’il est d’ailleurs l’un des seuls à défendre.
Les Girondins perdent le contrôle de l’Assemblée en faveur des Jacobins, en 1793.
Condorcet critique la nouvelle constitution de 1793 ce qui le fait condamner pour trahison.
Le 8 juillet 1793, la Convention vote un décret d’arrestation contre lui.

La fuite et l’arrestation
Condorcet est contraint de se cacher et trouve refuge pendant neuf mois dans la demeure de Mme Vernet. Il en profite pour écrire :
Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain qui fut publié après sa mort, en 1795.
Le 25 mars 1794, Il tente de fuir Paris.
Il est arrêté et mis en prison à Bourg-Égalité (Bourg-la-Reine). On le retrouve mort deux jours plus tard, dans sa cellule. Les circonstances de sa mort restent énigmatiques (suicide par un poison issu d’une bague qu’il portait, meurtre ou accident vasculaire cérébral, attaque dont il avait été victime deux ans auparavant)11.
Œuvres

Théoricien des systèmes de votes et du jury pénal
Condorcet s’intéresse à la représentativité des systèmes de vote, tant dans le cadre politique que dans le cadre judiciaire.
Ses travaux sur le jury le conduisent à condamner la peine de mort.
Il défend le jury populaire au cours de laquelle il préconise d’écarter les préjugés de classe en évitant que des riches ne jugent des pauvres, et inversement,

L’invention du droit d’auteur

En 1776, il publie les Fragments sur la liberté de la presse qui serviront de base aux propositions que l’Abbé Sieyès fera avec lui près de vingt ans plus tard en 1790, un an après l’abolition des privilèges, pour établir un droit d’auteur ; plus précisément, pour instituer une responsabilité des auteurs en tant que propriétaires de leurs œuvres. cet écrit comporte également quelques pages sur la « propriété » intellectuelle qui limitent les privilèges de l’auteur et plaident ouvertement pour la libre circulation des écrits.

Le projet de Sieyès et Condorcet est critiqué puis modifié par Beaumarchais qui, avec Mirabeau, renforce les droits des auteurs,

Autres travaux

En 1786, Condorcet travaille à nouveau sur le calcul intégral et les équations différentielles, montrant une nouvelle manière de traiter les calculs infinitésimaux. Ces travaux ne furent jamais publiés.

En 1789, il publie la Vie de Voltaire, où il se montre tout aussi opposé à l’Église que Voltaire. Il donne vingt-quatre articles sur l’analyse mathématique au Supplément de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

L’imaginaire de la Révolution Française

Le Cercle CONDORCET ANNECY-PAYS de SAVOIE

En partenariat avec BONLIEU SCENE NATIONALE,

Théâtre d’ANNECY

Et en lien avec le spectacle de Joël POMMERAT :

« ça ira (1) fin de Louis »

Après les 3 représentations : Mardi 9, mercredi 10 février, jeudi 11 février à 19h.

Vous invite à un   Débat citoyen :

De la Révolution à la République

Perception actuelle de la Révolution française dans l’imaginaire républicain.

Le Vendredi 12 février 2016, à 18h30

dans la « petite salle » de BONLIEU

Entré gratuite, mais prendre un billet à la billetterie,

si possible à l’avance.

Ce débat est ouvert à tous dans la limite des places disponibles,

qu’ils aient vu ou non le spectacle.

II reste encore des places pour le spectacle. Se renseigner à la billetterie.

 Citoyennes, citoyens, exprimez-vous, sur la Révolution, la République, la démocratie,….

Echanges avec l’auditoire sur ce qui reste de la Révolution française,

Afin d’éclairer les enjeux actuels sur l’évolution de la République et de la démocratie.

Avec la participation de Mme Irène FAVIER

Maître de conférences à l’université Grenoble Alpes, Irène Favier enseigne l’histoire contemporaine française et latino-américaine. De ses premiers travaux consacrés au monde du travail français, elle a publié L’usine, théâtre du pouvoir, aux presses universitaires de Tours.

 Pas de conférence préalable, mais un débat avec une introduction de chaque « mot clé » avant de donner la parole au public

Quelques « mots clés », traités en fonction du temps disponible :

  • Le drapeau tricolore
  • Marianne ; Bonnet phrygien ; Marseillaise,
  • Le 14 juillet, fête nationale
  • Liberté, égalité, fraternité, laïcité, sécurité…
  • République et démocratie….
  • Les Déclarations des droits de l’homme et du citoyen

Pour en savoir plus sur le cercle CONDORCET et sur ce débat

Pour nous contacter : cerclecondorcet@fol74.org

 

 

 

Nous ne désirons pas que les hommes pensent comme nous mais qu’ils apprennent à penser d’après eux-mêmes.