Les 7 laïcités françaises de Jean Baubérot

Aux Editions des Sciences de l’Homme

12 €uros     isbn 978-2-7351-1985-1

Jbauberot

Jean Baubérot, né le 26 juillet 1941 à Châteauponsac (Haute-Vienne), est un historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité.

Après avoir occupé la chaire d’« Histoire et sociologie du protestantisme » de 1978 à 1990, il crée et devient titulaire de la chaire d’« Histoire et sociologie de la laïcité » de 1991 à 2007 à l’École pratique des hautes études dont il est le président d’honneur et professeur émérite. Il a écrit vingt-sept ouvrages, dont un roman historique, et a dirigé six livres collectifs. Il est le coauteur d’une Déclaration internationale sur la laïcité signée par 250 universitaires de 30 pays.

Le Livre : L’auteur nous explique qu’il n’existe pas de modèle français de laïcité mais des visions divergentes qui s’affrontent dans un rapport de forces toujours évolutifs. La loi de 1905 a représenté un enjeu entre 4 conceptions différentes de la laïcité alors que 3 nouvelles ont apparu.

laïcité antireligieuse, gallicane, séparatiste stricte, séparatiste inclusive, ouverte, identitaire et concordataire.

Actuellement la conception de la laïcité identitaire est de plus en plus présente dans le discours de la droite et de l’extrême droite.


Extrait de l’interview de Jean Baubérot par Pascal Boniface sur le site de l’Iris.

Vous attendez-vous à ce que la laïcité soit un enjeu de l’élection présidentielle de 2017. Si oui, de quelle manière ?

On voit bien que les différentes conceptions de la laïcité constituent des lignes de clivages au sein même de la droite comme de la gauche. On va les retrouver lors de la campagne électorale de 2017. Avec cependant une différence. À droite, on est assez au clair sur la représentation de la laïcité qu’on entend promouvoir. Nicolas Sarkozy dispute à Marine Le Pen une laïcité identitaire, à double discours suivant que le catholicisme ou l’islam se trouvent en jeu. Alain Juppé refuse clairement cette laïcité-là, comme une source de division entre Français. À gauche, la situation est plus floue. Certes, l’Observatoire de la laïcité se situe dans la filiation de la loi de 1905, mais le discours de Manuel Valls est très ambigu, de même de celui qui se veut le « Monsieur laïcité » du PS : Jean Glavany. On a l’impression que, souvent, ils se situent dans l’optique d’une laïcité gallicane. Et, chez Valls, il existe même parfois quelques tentations de laïcité identitaire. Quant à Hollande, il semble s’engager le moins possible sur le sujet.

Bref il manque une clarification. J’ai voulu, comme chercheur, contribué à l’opérer en proposant une perspective de sociologie de la laïcité qui en décrypte les différentes représentations et analyse leurs différents rapports aux objectifs et aux moyens de la laïcité. Dans mes deux chapitres conclusifs, je dresse un panorama de l’évolution socio-historique de la laïcité, avec également un aspect prospectif. J’ai écrit ce livre en présentant la laïcité française à des auditeurs de nombreux pays, et j’ai bénéficié de leurs remarques, notamment de celles des Japonais. Cet aspect contribue à l’originalité de l’ouvrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *