Le Drapeau tricolore

Cet article correspond à la première partie  du débat du cercle CONDORCET le vendredi 12 février à BONLIEU scène  nationale , théâtre d’Annecy.

« Révolution République :

Perception actuelle de la Révolution française, dans l’imaginaire républicain »

 

Un peu d’histoire
En 1789 : la cocarde tricolore. (l’Express, 23/12/2015)
Le marquis de La Fayette, le 17 juillet 1789 allie le bleu et le rouge, couleurs de Paris, au blanc, couleur de la royauté, comme signe de « l’alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple ».
Ceci est une légende, un quiproquo historique, mais qui fait partie du grand roman de la Révolution.
Le drapeau français est né officiellement le 27 pluviôse an II (15 février 1794) par décret de la Convention.
En 1815, les Bourbons rétablissent le drapeau blanc.
Retour des 3 couleurs lors des 3 glorieuses de 1830. Dans le tableau d’Eugène DELACROIX « La liberté guidant le peuple » brandit un drapeau tricolore.
Le monde ouvrier associe les couleurs nationale à la répression et se cherche un nouvel emblème : le drapeau rouge, issu du bonnet phrygien des sans culottes.
Les mouvements de gauche rejettent le drapeau tricolore.
Lors de la Révolution de 1848, c’est « l’étendard sanglant », le drapeau rouge, que les insurgés brandissent sur les barricades.
LAMARTINE sauve alors le drapeau tricolore : « Le drapeau rouge que vous apportez n’a jamais fait que le tour du champ de mars, trainé dans le sang du peuple, en 1791 et 1793, alors que le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie ! »
Le 26 février 1848 le drapeau tricolore est décrété « emblème national ».

En 1870 les monarchistes, avec Henri, comte de Chambord, veulent revenir au drapeau blanc « cet étendard sans tache ». Mais c’est la République qui s’installe, avec le drapeau tricolore.
Au début du XXème siècle, la gauche pacifiste se défie de ces trois couleurs, qui exaltent des valeurs guerrières et nationalistes.
En 1913, Jean JAURES s’exprime sous le drapeau rouge.
En 1924, le jeune Jean ZAY compose un poème antimilitariste : « le Drapeau : terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement Il désavouera par la suite ce texte de jeunesse. En 1944, les miliciens ne lui pardonneront pas d’avoir sali les couleurs nationales et l’assassineront.

En 1934, une marée « bleu, blanc, rouge », menée par l’Action française, défile dans Paris. L’extrême droite nationaliste s’approprie alors les trois couleurs.
En 1968, le drapeau tricolore, symbole du gaullisme, devient pour les étudiants  le symbole d’une société figée et le rouge est alors le symbole de l’émancipation.
En 1990, après la chute du bloc communiste, le rouge est très en retrait par rapport au 3 couleurs.

En 2015 : Les balcons sont pavoisés de bleu, blanc, rouge, en hommage aux victimes des attentats de janvier et de novembre.

Jacques GAUCHER (15-02-2016)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *