CROYANCE Jean-Claude CARRIERE

jccarriere

CROYANCE  Jean-Claude CARRIÈRE (Odile Jacob, 2015 ;  22,90 €)

article de Jacques GAUCHER (3 octobre 2016)

Jean-Claude Carrière est scénariste, dramaturge et écrivain. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont : « Einstein, s’il vous plait » (2005) ; « l’argent, sa vie sa mort » (2014) ; « fragilité » ; « Tous en scène » ;  « La Controverse de Valladolid » ; « Le Retour de Martin Guerre », « Dictionnaire amoureux de l’Inde » … « CROYANCE » a reçu le 10ème prix de l’essai de « Psychologies Magazine »

croyance

Pourquoi, en dépit de l’avancée des connaissances, avons-nous toujours besoin de croire ? Et pourquoi la foi bascule-t-elle à nouveau dans la barbarie ? L’écrivain et scénariste Jean-Claude Carrière tente d’éclairer, dans son dernier livre, le mystère de la « certitude sans preuve ».

Présentation par l’auteur lui-même

« La croyance, cette « certitude sans preuve », pouvons-nous l’approcher, la connaître ? Qu’est-elle exactement ? Une rébellion individuelle, ou au contraire un ralliement à un groupe, à une secte ? Un réconfort, ou une aberration ?

Alors que nous pensions, depuis le siècle dit « des lumières » aller vers plus de clarté, plus de maîtrise sur le monde et sur nous même, nous voyons que la croyance a marché près de nous au même pas que la connaissance et que l’obscurité nous accompagne toujours, avec son cortège de rage et de sang. Nous voyons qu’une vieille alliance, que nous espérions dissipée, s’est renouée entre la violence et la foi. Nous devons à présent nous faire une raison. A l’issue d’un long combat, la croyance, aujourd’hui, l’emporte sur la connaissance. »

Pouvons-nous, le temps d’un livre, nous arrêter au bord du chemin, réfléchir ensemble, rappeler certains épisodes de notre passé et nous demander s’il reste une chance, un jour, d’éteindre, ou d’adoucir, ce feu ancien qui nous déchire encore. »

 

Mon avis sur cet essai

Un ouvrage passionnant, malgré quelques  répétitions et redondances. J’ai particulièrement apprécié l’analyse du recul du savoir, de la pensée rationnelle par rapport à la croyance. L’auteur explique aussi  l’impossibilité de passer les certitudes de la croyance au filtre de la raison, elle même basée sur le doute.

Inutile de chercher à convaincre  un croyant ou un non croyant et réciproquement. Nous ne sommes plus dans l’argumentation rationnelle. La croyance semble un besoin essentiel pour la grande majorité de l’humanité. L’auteur respecte l’aspect  intime et personnel de la croyance et cependant s’interroge sur cette crédulité permanente qui semble  notre lot commun. Il constate que  les  manifestations collectives des croyances ou des religions, mais aussi le fanatisme individuel, peuvent conduire aux pires excès et violences.

A la fin de l’ouvrage l’auteur ne peut imaginer un monde sans croyance. Il souhaite que la science s’interroge sur l’origine et le sens profond de nos croyances et de nos convictions. Et que le croyant admette que sa croyance n’est ni une connaissance, ni une vérité. Cette double approche relève probablement de l’utopie. « Croyance » est un ouvrage qui devrait être lu par tous ceux qui acceptent la réflexion et la critique rationnelle sur ce sujet sensible.

Un extrait (pages 89 et 90)

« Il est en effet essentiel, pour un croyant, de se montrer totalement fermé à tout argument qu’on lui oppose. La foi ne veut rien entendre, et c’est à cela qu’on la reconnaît. Elle n’est pas un objet de débat.

« Toute discussion, toute mise en doute, si raisonnable et si pondérée qu’elle soit, ne sert ni à apaiser ni à expliquer – et encore moins à persuader.

« Inutile de préparer des arguments pour répondre aux questions qui pourraient se poser, et cela pour une bonne raison : il n’y a pas, ou plutôt il n’y a plus de question.

« Le croyant contemporain est l’auteur et le propriétaire de la croyance qui le possède, et à laquelle il s’identifie pleinement, ce qui explique la brutalité avec laquelle il traite, souvent, celui qui est le plus proche de lui. « Se odian como hermanos », dit-on en espagnol, « ils se haïssent comme des frères. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.